Les principaux thèmes du blog

100 ans de l'aéronavale 11e BP 14 juillet 14-juillet 27e BIM 2e REP 65 ans du débarquement 70 ans du D-DAY 75 ans de l'armée de l'Air A400M Accident Accidents aériens acm adaptation réactive aéromobilité aéronavale Afghanistan afrique AIA airbus Airbus Military ALAT Allemagne Aquitaine armée de l'Air armée de terre artillerie Atlas australie BAE Systems balardgone bases de défense Belgique billet d'humeur blessés BPC Brésil BRI BSS Budget CABAT Canada cavalerie CEMA cemaa CEMAT cemm Chammal Chef des armées Colloque com 2.0 Com' opérationnelle commandos marine commémoration coopération européenne COS CPA cvm cyberdéfense Dassault Aviation DCI DCNS DCRI Débarquement de Provence décorations DGA DGSE dicod Dissuasion djibouti douanes DPSA DPSD DRM Drones EADS EAU Ebola économies budgétaires Egypte EI élection présidentielle EMA Espace espagne Euro Eurocopter euronaval Eurosatory Export Externalisation FAS Fazsoi femmes flotte gouvernementale forces spéciales Gabon gendarmerie gicat GIGN golfe persique Grande-Bretagne Guyane haïti harmattan hélicoptères IMFEAU in memoriam Inde Industrie de défense Irak ISAF jordanie justice légion étrangère les exclus du Mamouth Liban Libye livres louvois lutte contre le terrorisme Mali marine MBDA MCO media milipol Mindef minint missiles mort au combat musée narcotrafic nato Nexter Niger nigéria nominations OMLT Opint otages OTAN pacdg PAF parachutistes parlement phrase de la semaine Piraterie plan de relance PME police pologne pomlt PPS prémar premier ministre PTSD Rafale RAID rca RCI reconversion Recrutement réductions budgétaires renseignement réserve RESEVAC ressources humaines restructurations Royale RTD Sagem salon du Bourget Sangaris santé SAR sécurité civile Sentinelle serval SIAe Syrie tchad Thales Tigre UE UK urgence opérations USA Uzbeen VBCI Vigipirate

vendredi 3 mars 2017

Sensible : l'aéromobilité française au bord du gouffre

Ce blog l'a déjà souligné plusieurs fois, mais les stats obtenues par François Cornut-Gentille
dressent un panorama particulièrement inquiétant de l'aviation de transport tactique française. Il faut rappeler à quoi elle sert : récupérer des ressortissants dans des pays compliqués, projeter de la logistique pour les trois armées (une mission sur laquelle l'Atlas de la 61e escadre est bien monté en puissance), et l'entrée en premier. Certains de ces avions sont en forces prépositionnées, d'autres en opex, d'autres dans les domtom. La majorité est utilisée par les opérations conventionnelles, et une fraction, par les forces spéciales (ETOS 3/61 Poitou) et la DGSE (GAM-56 Vaucluse)

Or, les tableaux de disponibilité confirment l'état désastreux du parc.
Réalisé par Sabena Technics, l'entretien des Casa 235 a baissé en 2016, et n'atteint que 50,8%. Les Casa sont utilisés outremer, mais aussi au Sahel, dont deux comme Nurse.
La disponibilité du C-160 a à nouveau reculé, alors que pourtant le nombre d'avions s'est réduit. La réduction de la flotte oblige l'armée de l'air à mettre en sommeil un escadron, le 1/64 Béarn. Le temps qu'il perçoive des Atlas, pas forcément demain si l'on ausculte bien les prévisions. Le MCO du C-160 est réalisé par le SIAé.
La flotte C-130 a continué sa descente aux enfers, à 22,5%. Son MCO est assuré par le Portugais OGMA, et doit passer au SIAé.
Certes, on peut objecter que l'Atlas monte en puissance, etc, etc, mais au final, les chantiers de mise aux normes tactiques, d'éventuels nouveaux soucis à ne pas écarter, l'incertitude sur le MCO (et son coût) laissent bien trop de questions sans réponses pour qu'on puisse fonder un catalogue capacitaire sur ce seul avion.
Pour ceux qui ne sont pas des spécialistes du volant, on peut le rappeler, cet outil est donc à bout de souffle, et leurs personnels l'exploitent dans des conditions qui défient parfois l'imagination.
Une réaction budgétaire devient donc urgente. Car il faut rappeler : si l'avion ne décolle pas, la mission n'est pas remplie. Et s'il se viande en route ou à l'atterrissage, non seulement elle n'est pas remplie, mais en outre, le bilan humain risquerait d'être forcément grave. Plusieurs signaux, pas forcément encourageants, ont résonné, depuis 2013, en Afrique, mais pas seulement, en matière de sécurité des vols.
Au final, les candidats à la présidentielle doivent le savoir (on n'a sans doute pas osé leur dire) : on n'a jamais manqué de véhicules terrestres, on manque régulièrement de bateaux. Pour ce qui concerne les avions et les hélicoptères (sans distinction d'armée), le système est en train d'imploser, sous le double coup de butoir de la multiplication des opérations, depuis 40 ans. Et de l'incapacité d'une partie des industriels à fournir en temps et en heure les matériels demandés (et payés).

Mes infops et photos sur le twitter @defense137